Malaisie, ou le chemin d'Eden

Publié le par Aubrege

Me voilà mi-août, à Roissy en attente de mon vol pour Kota Kinabalu, via Hong-Konk et Londres, et même l'ïle de Labuan, qui n'était pas prévue sur l'itinéraire de départ.
En effet, mon frère se marie sur ce territoire qui ne semble pas, de prime abord, être une destination de rêve.
Un pays qu'il faut chercher sur la carte pour savoir exactement où il est.

L'hôtel, pardon le resort est absolument splendide, la plage, la piscine, les restaurants, la jungle autour et le golf à l'entrée sont enthousiasmants.
Il fait partie de la chaîne Shangrila, une chaine hôtelière très connue en Malaisie.

Kota Kinabalu se trouve sur Borneo, dans la province du Sabah. Nous nous situons à la périphérie à environ 45 minutes du centre ville.
Les nuits commencent tôt et les moustiquent se régalent de nos peaux peu habituées à la tombée de la nuit.
De même que les sandflies, petites mouches de sables, qui piquent et qui grattent.

Après quelques jours pour se remettre, c'est le jour de la cérémonie. Le cadre face à la mer est splendide et digne d'une carte postale, et l'installation fait très film romantique américain. Un rêve de petite fille. Le temps menace mais la magie de l'union du mariage nous épargnera de la pluie tout en nous gratifiant de deux arcs-en-ciel.

Nous profitons de la nuit et du plaisir d'être ensemble à l'autre bout du monde et de célébrer cette belle union. 

Les jours se suivent et se ressemlent plus ou moins: nous profitons aussi bien des joies du resort que d'activités extérieures en allant visiter Kota, ou en faisant une descente en rafting, et surtout en plongeant.

Même si les fonds sont brouillés à cause d'orages survenus la veille, c'est agréable de plonger ensemble.
Puis voilà le temps du retour, en faisant tout de même une halte à Hong-Kong, de quelques heures.

Puis Paris, nous voilà.
Ce fut un beau voyage et cette destination exotique pour un mariage m'a permis de découvrir un pays ou je ne serai certainement pas allée autrement.

Publié dans Vacances

Commenter cet article